Simone de Beauvoir: frases com tradução

Simone de Beauvoir é um ícone de literatura francesa e mundial, referência em termos de feminismo e filosofia. Em 2016 comecei a ler seus livros, comecei pela sua primeira auto-biografia chamada Memórias de uma menina bem comportada (Mémoires d’une jeune fille rangée), continuei com a sua segunda auto-biografia A Força da idade (La force de l’âge) e agora estou lendo A Convidada (L’Invitée).

Simone de Beauvoir

A frase mais emblemática e que foi alvo de polêmica em uma das últimas provas Enem foi a seguinte:
« Ninguém nasce mulher: torna-se mulher. »

Para não deixar a frase solta, como foi alvo de discussão, prefiro deixar a sequência do texto:

« Ninguém nasce mulher: torna-se mulher. Nenhum destino biológico, psíquico, econômico define a forma que a fêmea humana assume no seio da sociedade; é o conjunto da civilização que elabora esse produto intermediário entre o macho e o castrado que qualificam de feminino. Somente a mediação de outrem pode constituir um indivíduo como um Outro. Enquanto existe para si, a criança não pode apreender-se como sexualmente diferenciada. Entre meninas e meninos, o corpo é, primeiramente, a irradiação de uma subjetividade, o instrumento que efetua a compreensão do mundo: é através dos olhos, das mãos e não das partes sexuais que apreendem o universo. O drama do nascimento, o da desmama desenvolvem-se da mesma maneira para as crianças dos dois sexos; têm elas os mesmos interesses, os mesmos prazeres; a sucção é, inicialmente, a fonte de suas sensações mais agradáveis; passam depois por uma fase anal em que tiram, das funções excretórias que lhe são comuns, as maiores satisfações; seu desenvolvimento genital é análogo; exploram o corpo com a mesma curiosidade e a mesma indiferença; do clitóris e do pênis tiram o mesmo prazer incerto; na medida em que já se objetiva sua sensibilidade, voltam–se para a mãe: é a carne feminina, suave, lisa, elástica que suscita desejos sexuais e esses desejos são preensivos; é de uma maneira agressiva que a menina, como o menino, beija a mãe, acaricia-a, apalpa-a; têm o mesmo ciúme se nasce outra criança; manifestam-no da mesma maneira: cólera, emburramento, distúrbios urinários; recorrem aos mesmos ardis para captar o amor dos adultos. »
— O Segundo Sexo, volume 2. São Paulo: Difusão Europeia do Livro, 1967, 2ª edição, pp. 9-10.

Confira o trecho em francês:

« On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin. Seule la médiation d’autrui peut constituer un individu comme un Autre. En tant qu’il existe pour soi, l’enfant ne saurait se saisir comme sexuellement différencié. Chez les filles et les garçons, le corps est d’abord le rayonnement d’une subjectivité, l’instrument qui effectue la compréhension du monde : c’est à travers les yeux, les mains, non par les parties sexuelles qu’ils appréhendent l’univers. Le drame de la naissance, celui du sevrage se déroulent de la même manière pour les nourrissons des deux sexes ; ils ont les mêmes intérêts et les mêmes plaisirs ; la succion est d’abord la source de leurs sensations les plus agréables ; puis ils passent par une phase anale où ils tirent leurs plus grandes satisfactions des fonctions excrétoires qui leur sont communes ; leur développement génital est analogue ; ils explorent leur corps avec la même curiosité et la même indifférence ; du clitoris et du pénis ils tirent un même plaisir incertain ; dans la mesure où déjà leur sensibilité s’objective, elle se tourne vers la mère : c’est la chair féminine douce, lisse élastique qui suscite des désirs sexuels et ces désirs sont préhensifs ; c’est d’une manière agressive que la fille, comme le garçon, embrasse sa mère, la palpe, la caresse ; ils ont la même jalousie s’il naît un nouvel enfant ; ils la manifestent par les mêmes conduites : colères, bouderie, troubles urinaires ; ils recourent aux mêmes coquetteries pour capter l’amour des adultes. »

 

Em português: « O que é um adulto ? Uma criança de idade. »
Em francês: « Qu’est-ce qu’un adulte ? Un enfant gonflé d’âge. »

Em português: « Viver é envelhecer, nada mais. » A Convidada (1943)
Em francês: « Vivre, c’ est vieillir, rien de plus. » L’Invitée (1943)

Em português: « Em todas as lágrimas há uma esperança. »
Em francês: « Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. »

 

Outras frases de Simone Beauvoir em francês

« Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité. » Le Deuxième Sexe (1949)

« Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir. » La Force de l’âge (1960)

« Je suis un intellectuel. Ça m’agace qu’on fasse de ce mot une insulte : les gens ont l’air de croire que le vide de leur cerveau leur meuble les couilles. » Les Mandarins (1954)

« Si l’on vit assez longtemps, on voit que toute victoire se change un jour en défaite. »

« Le principe du mariage est obscène parce qu’il transforme en droits et devoirs un échange qui doit être fondé sur un élan spontané : il donne aux corps en les vouant à se saisir dans leur généralité un caractère instrumental, donc dégradant ; le mari est souvent glacé par l’idée qu’il accomplit un devoir, et la femme a honte de se sentir livrée à quelqu’un qui exerce sur elle un droit. » Le Deuxième Sexe (1949)

« Une femme qui n’a pas peur des hommes leur fait peur, me disait un jeune homme. » Le Deuxième Sexe (1949)

« Si l’oeuvre de Dieu est tout entière bonne, c’est qu’elle est tout entière utile au salut de l’homme ; elle n’est donc pas en soi une fin, mais un moyen qui tire sa justification de l’usage que nous en faisons. » Pyrrhus et Cinéas (1944)

« La beauté se raconte encore moins que le bonheur. » La Force de l’âge (1960)

« La femme n’est victime d’aucune mystérieuse fatalité : il ne faut pas conclure que ses ovaires la condamnent à vivre éternellement à genoux. »

« Ça ne rapproche pas, le téléphone, ça confirme les distances. » La Femme rompue (1967)

« L’amour maternel n’a rien de naturel. » Le Deuxième Sexe (1949)

« Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir. »

Em português: « À minha volta, reprovava-se a mentira, mas fugia-se cuidadosamente da verdade. » Mémoires d’une jeune fille rangée (1958)
Em francês: »Autour de moi on réprouvait le mensonge, mais on fuyait soigneusement la vérité. » Memórias de uma menina bem comportada (1958)

« La femme est tout ce que l’homme appelle et tout ce qu’il n’atteint pas. »

« Le secret du bonheur et le comble de l’art, c’est de vivre comme tout le monde, en n’étant comme personne. » Mémoires d’une jeune fille rangée (1958)

« La femme est vouée à l’immoralité parce que la morale consiste pour elle à incarner une inhumaine entité : la femme forte, la mère admirable, l’honnête femme etc. » Le Deuxième Sexe (1949)

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

Lista de livros da Simone de Beauvoir para ler

1943: A convidada (L’Invitée), romance -> lido, nota 10
1944: Pyrrhus et Cinéas, ensaio
1945: O sangue dos outros (Le Sang des autres), romance
1945: Les Bouches inutiles, peça de teatro
1946: Tous les hommes sont mortels, romance
1947: Pour une morale de l’ambiguïté, ensaio
1948: L’Amérique au jour le jour
1949: O segundo sexo, ensaio filosófico
1954: Os mandarins (Les Mandarins), romance
1955: Privilèges, ensaio
1957: La Longue Marche, ensaio
1958: Memórias de uma moça bem-comportada (Mémoires d’une jeune fille rangée), autobiográfico -> lido, nota 10
1960: A Força da idade (La Force de l’âge), autobiográfico -> lido, nota 10
1963: A força das coisas (La Force des choses) -> lendo
1964: Une mort très douce, autobiográfico
1966: Les Belles Images, romance
1967: A mulher desiludida (La Femme rompue), novela
1970: A velhice (La Vieillesse), ensaio
1972: Tudo dito e feito (Tout compte fait), autobiográfico
1979: Quand prime le spirituel, romance
1981: A cerimônia do adeus (La Cérémonie des adieux suivi de Entretiens avec Jean-Paul Sartre : août – septembre 1974), biografia
Lembrou de algum livro ou frase da Simone de Beauvoir que você leu e gostou? Deixe seu comentário logo abaixo.

Likes(1)Dislikes(0)

Author: Morar em Paris

Share This Post On
468 ad

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>